Crues dans l’Est : Situation en cours et à venir

Crues dans l’Est : Situation en cours et à venir

4 janvier 2018 Non Par Alexandre Bourasseau

Commentaire général sur la situation

Depuis plusieurs jours, les perturbations se sont succédées sur le pays. Les quantités de pluies tombées depuis la semaine dernière ont saturé les sols et engendré des réactions hydrologiques d’ampleur modérée sur de nombreux cours d’eau du pays.

De nombreux estuaires de la façade Atlantique et de la Manche sont concernés par de forts coefficients de marées conjugués à des débits élevés, conduisant à des débordements lors des pleines mers.

© Météo France
 Carte valable au 4 janvier 2018, 22h50

Évolution prévue

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une perturbation active arrose les secteurs du sud-ouest au nord-est et est du pays. Elle donne des précipitations abondantes sur des sols déjà gorgés d’eau.
Les précipitations sont plus marquées sur les reliefs des Alpes du Nord, du Jura et des Vosges ainsi que sur le Limousin.

Les crues en cours sont donc susceptibles de s’amplifier, tandis que de nouvelles réactions sont à attendre.
Dans les prochains jours, ces crues se propageront sur les secteurs plus à l’aval.

Par ailleurs, les coefficients de marée sont encore importants. Des niveaux d’eau élevés sont encore attendus aux moments des pleines mers sur plusieurs estuaires de la façade atlantique et des côtes de la Manche. Les secteurs de la Seine et de la confluence Garonne-Dordogne soumis à l’influence maritime seront plus particulièrement impactés.

© SCHAPI
Carte valable au 4 janvier 2018, 22h50

Situation hydrologique détaillée

Sur la majeure partie du pays, des cours d’eau connaissent des crues modérées qui se propagent et qui vont s’accentuer sur les secteurs qui connaîtront de nouvelles précipitations.

Sur la façade Atlantique et les côtes de la Manche, les coefficients de marée commencent à diminuer mais les débits importants des cours d’eau maintiennent des niveaux élevés sur les estuaires.
Ainsi, sur la confluence Garonne-Dordogne, des débordements sont susceptibles d’être observés sur les secteurs de Bordeaux et de Libourne au moment des pleines mers. Il en est de même sur l’estuaire de la Seine. Ces deux tronçons sont donc maintenus en vigilance orange.

Sur le flanc est, des cours d’eau issus des Vosges et du Jura sont placés en vigilance orange en raison des réactions en cours sur Ognon en amont de la Linotte (dép. 25, 70), Savoureuse (dép. 25, 90), ainsi que les réactions attendues vendredi sur Allan (dép. 25, 90), Doubs en amont de la Loue (dép. 25, 39), Loue (dép. 25, 39), Ain (dép. 01), Meurthe amont (dép. 54, 88), Mortagne (dép. 54, 88), Sarre moyenne – Eichel (dép. 57, 67), Ill aval – Bruche (dép. 67), Fecht (dép. 68), Zorn – Zinsel (dép. 67) où les niveaux de débordements dommageables sont susceptibles d’être atteints.

Sur le Limousin, des débordements dommageables sont attendus sur les tronçons Dordogne amont – Cère – Maronne (dép. 19, 46), Dordogne moyenne (dép. 24, 46), Vézère amont (dép. 19) et Vézère aval (dép. 19, 24).

Ailleurs, les niveaux de débordements dommageables sont susceptibles d’être atteints également sur les tronçon Arroux – Bourbince (dép. 71), Aisne amont (dép. 08, 51, 55) et Yonne amont (dép. 58, 89).

Pour des informations plus détaillées, veuillez vous reporter aux bulletins locaux des secteurs concernés.

(source : SCHAPI – Vigicrues)